Les puces-promesses : un outil extrêmement puissant pour vendre des livres

Dans cet article, je vais vous parler de quelque chose d’extrêmement puissant que vous pouvez utiliser si vous vendez des livres ou des produits d’information.

Ce sont les « puces-promesses ».

C’est feu Christian Godefroy qui m’a appris à créer et à utiliser les puces-promesses dans les lettres de vente.

Voici ses indications à ce propos :

Soulignez les passages intéressants et soit vous

  reprenez la phrase du livre en

  supprimant l’essentiel :

« Utilisé régulièrement, le (VOYEZ

  PAGE 68) est un excellent régulateur

  intestinal. Il aide la digestion et le

  transit intestinal. »

    soit vous complétez un de ces débuts

  de phrase:

    Les X règles à suivre pour

    Que faire si vous

    Que faire immédiatement si

    Les secrets de

    Les meilleurs trucs pour

    La chose la plus utile que vous

  puissiez faire quand

    Comment vaincre

    Pourquoi vous DEVEZ éviter de

    Pourquoi vous ne devez JAMAIS

    Pourquoi vous devez TOUJOURS

    Comment choisir

    Comment réagir contre

    Comment identifier la cause de

    Comment traiter

    Comment arrêter définitivement de

    Où vous adresser pour

    Comment soigner instantanément

    Quelles précautions devez-vous

  prendre pour

    Ce que vous devez faire immédiatement

  lorsque

    Le secret qui peut très nettement

  améliorer

    Ce qu’il faut faire avant tout pour

    Ce que vous devez faire immédiatement

  lorsque

    Le secret qui peut très nettement

  améliorer

    Ce qu’il faut faire avant tout pour

    Comment vous protéger de

    Comment venir à bout de

    Comment économiser la moitié des

  coûts de

    Les signaux d’alarme qui

    Ce que vous DEVEZ – oui DEVEZ

  ABSOLUMENT FAIRE si

    Pourquoi xxx marche dix fois mieux

  que n’importe quel

    Des moyens secrets pour

    Les 7 erreurs les plus mortelles

  lorsque

    Ce que vous devez dire à X pour que

    Ce que vous devez faire pour vous

  protéger de

    Quand – et COMMENT –

    Un moyen facile et rapide pour

    Comment choisir le meilleur

    Comment être un bien meilleur

    Ce qu’il faut faire avant de

    Comment éviter

    Comment repérer à coup sûr

    Un « truc » facile pour

    Ce qui permet – de manière tout à

  fait légale – de

    Comment réduire les risques de

    Comment gagner à coup sûr avec

    Comment profiter de

    L’astuce légale pour

    Les nombreux avantages dont vous

  pouvez bénéficier lorsque

    Comment lutter contre

    Que faire en cas de

    Quels sont les dangers de

    L’incroyable

    Le meilleur filon pour

    Comment faire jouer la loi entre

  votre faveur lorsque

    Comment déjouer les pièges de

    Comment connaître

    X moyens pour

    Comment soulager

    Ce que fait un médecin lorsque

    Comment arriver à

    Comment gagner de l’argent avec

    Le secret pour

    Comment vous pouvez, vous aussi,

    7 bonnes raisons pour

    Comment vous pouvez gagner jusqu’à

    3 étapes simples pour vaincre

    Que lire si vous souffrez de

    Quel est LE meilleur

    Les gestes que vous DEVEZ connaître

  en cas de

    7 principes clés pour obtenir

  facilement

    Les 3 mécanismes secrets qui

  permettent de

    Comment, en quelques secondes,

    Que faire si on essaye de vous

    Les moyens les plus puissants pour

    Un « truc » qui s’applique n’importe où  pour

    Comment passer maître dans l’art de

   

Comment, où, pourquoi, lequel, qui

    quoi, quand, sont de bons débuts.

    Cette liste est un exemple, elle

  n’est pas complète.

   Le but est de créer autant de

  phrases qui excitent la curiosité et

  donnent envie de lire… que vous

  pouvez.


A propos des puces-promesses, pensez

  à une effeuilleuse, à quelqu’un qui

  fait du strip tease.

    Si elle se désabille immédiatement,

  il n’y a plus de spectacle.

    Elle va donc suggérer, sans dlvoiler

  toute de suite.

    Les puces promesses doivent en faire

  autant.

    Un exemple:

    Un des candidats m’écrit

    « Découvrez pourquoi le fait de vous

  intéresser vraiment à votre

  interlocuteur peut être la solution à

  votre problème de timidité. »

    Le lecteur cherche une solution. La

  solution est, en l’occurence, de

  s’intéresser vraiment à son

  interlocuteur.

    Nous voulons donc l’inciter à

  commander le livre pour avoir la

  solution… et ce candidat met la

  solution DANS LA PUCE-PROMESSE!!!

    C’est comme si l’effeuilleuse

  arrivait nue sur scène.

    Il faut créer du mystère. Du suspense.

    Un exemple:

    Quel déclic mental, en présence d’une

  personne qui vous intimide, efface

  instantanément toute gêne ou trace de

  timidité…  PAGE 12

    Ou encore, pris dans la liste:

    Que faire IMMEDIATEMENT si vous

  sentez que vous allez rougir et ne

  savez plus quoi dire – un simple

  déclic mental vous sauvera à coup

  sûr – PAGE 12

    Donc, posez-vous à chaque fois la

  question:

    « Est-ce que je donne la solution dans

  ma puce promesse, est-ce que j’arrive

  tout nu, ou est-ce que je ménage le

  suspense? »

    Le plus grand expert des puces-promesses

  les nommait des « fascinations ».

    Voici une de ses puces-promesses:

    « Ce qu’il ne faut JAMAIS manger dans un

  avion »

    Cette phrase crée du suspense, de l’interrogation.

  On VEUT savoir…

    Bien amicalement,


Il y a 4 secrets pour qu’une puce

  promesse soit réussie.

    1. Urgent

    Le texte doit donner un sentiment

  d’urgence. Par exemple « Que faire tout

  de suite si… »

    2. Unique

    Il faut que le livre soit la seule

  solution du problème. « Pourquoi les

  Senois ne sont JAMAIS timides… »

    3. Ultra spécifique

    Les généralités ne vendent pas. Par

  contre plus on est spécifique plus

  l’intérêt est grand. « Les 3 mots à

  apprendre par coeur pour obtenir au

  moins 30 % de réduction sur tout ce que

  vous achetez ».

    4. Utile

    Demandez-vous toujours si ce que vous

  proposez de découvrir sera utile à

  votre lecteur.

    « Inspirez vous d’un bon modèle et

  vous réussirez ! » C’est évident, pas

  très utile, et on dit déjà tout dans la

  puce-promesse.

    Par contre si vous dites « Quel

  modèle choisir (il va vous surprendre)

  pour réussir auprès des femmes (ou des hommes)

  – PAGE 15″, vous rendez votre puce utile.

    Passez vos puces au travers de ce

  filtre:

    Urgent – Unique – Ultra spécifique –

  Utile

    Cela vous aidera à éliminer les

  mauvaises et à en faire de meilleures.

    Bien amicalement,

      Xti@n

Si vous avez aimé cet article, partagez-le sur Facebook, Twitter et Google+ 

Aimez et partagez cet article :

Le vrai copywriting fonctionne sur n’importe quel média






Que vous faites du porte-à-porte, ou que vous avez un étalage sur une place de marché, ou que vous tenez une boutique, que vous passez un réclame à la radio ou à la télévision, que vous passez une annonce dans un journal ou sur Internet, ou que vous publiez sur Facebook, pratiquer du bon copywriting donne toujours des résultats.

 

Donc, en tant que copywriter, vous n’avez pas à vous soucier du média ou du support sur lequel annoncer. Il vous suffit juste d’adapter votre annonce aux spécificités et aux possibilités du média, et vous diffusez.

 

Exploitez toutes les possibilités du média

 

A la radio ou à la télévision, vous ne pourrez probablement pas faire plus que de donner un numéro de téléphone que les téléspectateurs doivent appeler s’ils sont intéressés.

 

Mais sur certains médias, comme sur Internet ou les réseaux sociaux, vous pouvez immédiatement solliciter une réponse immédiate qui ne demande presque pas d’effort pour le prospect.

 

Effectivement, les coupons réponse dans les journaux et les magazines doivent toujours être postés. Un numéro de téléphone requiert que le prospect a son téléphone juste là, à sa disposition.

 

Dans ces cas, il peut avoir la flemme de se lever pour chercher son téléphone. Le lendemain, il peut déjà avoir oublié ce qu’il voulait faire, ayant en tête d’autres préoccupations.

 

Mais sur Internet, il peut répondre immédiatement juste en cliquant sur un lien et taper quelques mots au clavier. Mieux encore, il peut déjà acheter le produit si vous lui proposez un paiement en ligne.

 

C’est pourquoi aussi il faut offrir le maximum de moyens au prospect pour répondre : téléphone, site web, coupon, etc.

 

Comparez les coûts pour chaque média

 

Diffuser votre annonce à la radio ou à la télévision peut vous coûter une petite fortune, de même dans les journaux à grande diffusion. Bien sûr, je ne dis pas qu’annoncer sur ces médias n’est pas intéressant.

 

Cela dépend aussi de votre clientèle cible : quels médias sont les plus efficaces pour les atteindre ? à vous de faire cette étude et aussi de déterminer le budget nécessaire.

 

Sur Internet, les coûts pour annoncer sont fortement réduits en comparaison avec les médias traditionnels. Et pourtant, vous pouvez avoir autant d’efficacité, voire même plus, à condition bien sûr, de savoir s’y prendre.

 

Ne vous reposez pas seulement sur la puissance du média

 

En sachant qu’un journal est imprimé à des centaines de milliers d’exemplaires, ou que l’émission dans laquelle l’annonce sera diffusée est suivie par des dizaines de milliers de téléspectateurs, un annonceur peut être tenté de ne pas travailler suffisamment son annonce.

 

C’est une erreur atroce, surtout si on paie un coût conséquent. Il faut toujours travailler à obtenir l’annonce la plus performante possible. Il ne faut rien laisser au hasard.

Aimez et partagez cet article :

Le vrai copywriting est le copywriting de l’efficacité

Dans l’article d’aujourd’hui, on va prendre un peu de recul et voir un point très important que tout copywriter doit savoir.

 

Le copywriting est bien différent de ces annonces ou publicités que vous voyez affichées dans les rues ou à la télévision. En copywriting, il ne s’agit pas d’imposer une marque ou d’éduquer les consommateurs.

 

Dans le copywriting, votre but est de vendre (ou d’inciter à une quelconque action) et de trouver le texte le plus efficace pour atteindre ce but. Si vous ne pouvez pas mesurer vos résultats de manière précise, si vous n’avez pas les moyens de juger si un texte produit un meilleur résultat qu’un autre, ce n’est pas du copywriting.

 

Le copywriting est différent de la simple publicité dans ce sens. On doit pouvoir évaluer combien chaque centime investi a rapporté. Les copywriters savent que la publicité coûte cher, donc on n’a pas le droit de jouer au hasard avec un seul sou.

 

Dans le copywriting, il ne s’agit pas d’être le plus créatif ou de jouer à « qui va faire la plus belle annonce ». Non, dans le copywriting, on va même plutôt s’inspirer ou carrément copier les formules qui marchent et qui ont fait leurs preuves. Seul le résultat compte, et il est primordial de pouvoir mesurer ce résultat.

 

Le copywriting n’est pas de l’art (comme ce que certains publicitaires croient avec la publicité), c’est une science exacte. Comme les chercheurs en science, vous y réussirez si vous êtes rigoureux, si vous continuez à apprendre sans cesse, si vous accumulez de l’expérience et si vous cherchez à toujours faire mieux.

 

Toujours comme dans le domaine de la science, vous serez amené à faire beaucoup de tests et à noter ce qui marche et ce qui ne marche pas. Vous serez amené à chercher des moyens pour faire encore mieux avec ce qui marche déjà, et à trouver la raison d’un mauvais résultat.

 

Le copywriting peut être le travail de toute une vie. Vous pouvez peut-être froncer les sourcils en voyant cela : n’aurait-je plus donc le temps pour autre chose si je veux maîtriser le copywriting ? Non, rassurez-vous. Bien au contraire, plus vous avancez sur le chemin de la maîtrise, plus vos résultats vous donneront de la liberté. La liberté d’avoir plus de temps libre, de faire ce que vous voulez au moment que vous voulez.

 

Un bon texte de vente peut multiplier vos résultats par 2, 3, 5, 10 ou 20 fois plus. Les meilleurs copywriters n’ont pas beaucoup de travail, puisqu’un seul travaille suffit pour être à l’abri du besoin pendant quelques années.

 

Ne confondez donc pas copywriting et publicité « conventionnelle » !

Aimez et partagez cet article :

Argumentez avec la logique – Vendez avec l’émotion

En écrivant un texte de vente, vous devez toujours garder à l’esprit que vous vous adressez à 2 « parties distinctes » du prospect : sa partie « logique » qui raisonne, soupèse, examine, calcule, … et sa partie émotionnelle qui est beaucoup plus complexe.

 

Sa partie émotionnelle comprend par exemple ses états d’âme, sa perception vis-à-vis de vous, son état émotionnel à l’instant même, … Par exemple s’il est soucieux, fatigué ou même irrité (et cela peut n’avoir aucun rapport avec vous ni votre texte) au moment où il voit votre texte, cela influe également sur la décision d’achat – de même s’il est joyeux, content, calme, etc.

 

Argumentez avec la logique

 

Pour démontrer que votre produit ou le service que vous proposez est bon pour lui ou est susceptible de l’intéresser, vous devez tout d’abord vous appuyer sur la logique.

 

Démontrez – preuves à l’appui – pourquoi et comment ce que vous vendez peut l’aider à satisfaire ses besoins et à résoudre ses problèmes.

 

Quand la « partie logique » du prospect est à l’écoute, il laisse un peu de côté sa partie émotionnelle. Bien sûr, cette dernière ne reste pas à l’écart pendant très longtemps, mais à vous d’être suffisamment clair et précis pendant le laps de temps où vous avez toute l’attention du prospect.

 

Martelez bien vos arguments les plus forts. Faites à ce que tout soit aussi clair et limpide que possible. L’erreur fatale à ne surtout pas commettre à ce stade c’est de ne pas être compris par le prospect.

 

Poussez à l’achat avec les émotions

 

Le prospect « switche » au moment de la décision d’acheter (ou pas) vers sa partie émotionnelle. C’est une des choses les plus importantes que vous devez savoir et en être conscient.

 

A ce moment, la logique n’a plus sa place (et cela aussi, c’est probablement une des choses les plus importantes dans le copywriting). Le prospect n’achète plus avec sa tête, mais bel et bien avec ses émotions.

 

OK, par exemple, il est convaincu qu’il a besoin de votre produit, que cela lui rendra bien service. Mais prenons un instant, se dit-il, qu’est-ce que dira ma femme devant cet achat ? ne serait-il pas préférable de ne pas dépenser cet argent ? etc.

 

Dans l’exemple ci-dessus, c’est l’émotion « peur » qui a pris le dessus. Si votre texte ne s’adresse pas à cette émotion « peur » chez le client, et bien, vous ratez bel et bien la vente.

 

Essayez d’instaurer un état émotionnel positif chez le client au moment où vous lui demandez de passer commande. Rassurez-le sur ses peurs. C’est le moment de mentionner les garanties ou de les répéter. Provoquez l’enthousiasme.

 

Par exemple, vous pouvez écrire :

« Vous ne pouvez que vous féliciter de cette acquisition. Et pas vous seulement, votre femme, vos amis ou vos collègues de bureau vont sûrement vous demander où avez-vous pu trouver une si bonne affaire.

 

Mais ce n’est pas tout. Laissez-moi vous rappeler que vous ne courez absolument aucun risque : si votre nouveau téléphone XYZ ne vous donne pas entière satisfaction, renvoyez-le nous tout simplement et nous vous remboursons intégralement ! »

Aimez et partagez cet article :

Utilisez l’imagination du prospect

Un moyen très puissant pour décupler la force de vos textes de vente c’est de faire appel à l’imagination du prospect.

Faites-le s’imaginer les résultats qu’il va avoir avec le produit. Faites-le s’imaginer être dans l’état émotionnel que cela va lui procurer.

Par exemple : « Imaginez que vous pouvez maintenant manger en toute confiance vos plats préférés. Vous n’avez plus à craindre le verdict de la balance ou d’un quelconque souci de santé. La vie est tellement plus simple ! »

Restez positif

Il est plus facile d’imaginer une situation positive que de ne plus vivre une situation déplaisante. Autant que possible utilisez donc toujours la formulation positive dans vos textes.

Au lieu dire par exemple : « Vous ne tomberez plus malade » (ce qui est plus difficile à imaginer), dites plutôt « Imaginez-vous ayant une santé de fer, de l’énergie à revendre ».

 

Soyez (très) précis et spécifique

Il est aussi plus facile de s’imaginer quelque chose de précise et de spécifique que quelque chose de globale.

« La vie est bien meilleure » par exemple ne précise et ne spécifie rien de particulier et il est difficile pour le prospect d’utiliser son imagination avec cette affirmation.

Ce qui est bien mieux : « Vos factures de téléphone ? vous n’avez plus à vous en soucier ! Vos dépenses en essence et entretien de véhicules ? Nous prenons tout en charge ! … »

L’imagination est quelque chose de très puissant et vous ne devez pas vous en priver avec vos textes de vente.

Aimez et partagez cet article :

Vaincre le scepticisme du prospect

Nous allons voir dans cet article quelque chose que tout copywriter doit savoir – et que vous ne devez jamais oublier quand vous écrivez un texte de vente.

 

Votre prospect est « divisé »

 

Quand un prospect se trouve devant un produit qui l’intéresse, il y a toujours une espèce de « conflit » en lui :

 

  • Une partie de lui veut croire que le produit devant lui est ce qui lui faut, qu’il fait une bonne affaire en l’achetant.

 

  • Une autre partie de lui a peur que le produit ne lui donnera pas satisfaction – et qu’il risque de perdre son temps et de l’argent.

 

Votre texte de vente doit donc le rassurer sur ses peurs, répondre à toutes ses questions (qu’il ne vous posera pas), et enfin lui donner la conviction qu’il a tout à gagner avec votre produit.

 

Vaincre la peur

 

La plus grande peur du prospect – surtout sur Internet – est la peur de l’arnaque. Le vendeur n’est représenté que par un site web, et il peut être à des milliers de kilomètres de distance. Le prospect ne sait pas à quoi il ressemble.

La solution à cette peur c’est d’instaurer une certaine « familiarité » avec le prospect : abonnez-le à votre newsletter, à votre blog, à votre page Facebook. Mettez une photo de vous sur le site, mettez votre adresse postale et un numéro de téléphone.

 

Offrez beaucoup d’informations gratuites dans le domaine concerné. Incitez le prospect à communiquer, à correspondre avec vous.

 

Effacez le doute sur le produit

 

« OK, j’ai confiance en vous, mais qui me dit que ce produit est ce qui me convient vraiment ? Est-ce qu’il va réellement solutionner mes problèmes ? »

 

Il existe plusieurs façons de répondre à cette interrogation (d’ailleurs il est conseillé de les utiliser toutes) :

 

  • Soyez précis et spécifique : si vous dites « cette méthode va vous faire perdre du poids », le prospect peut répondre « oui, mais en combien de temps ? »Si vous dites « cette méthode peut vous faire perdre 1 à 2 kg en 2 semaines ». C’est bien mieux aux yeux du prospect.

    Vous devez trouver toutes les questions, remarques et objections possibles de vos prospects et répondre à tout cela dans le texte.

  • Les témoignages : assurez-vous d’avoir beaucoup de témoignages de « qualité ».Les mauvais témoignages sont par exemple « C’est génial ! », « Ce produit m’a convaincu », etc. C’est court et cela ne montre rien au prospect.

 

Un bon témoignage est par exemple comme suit :

 

« J’adore manger. Je ne résiste jamais à un bon petit plat, mais j’avoue que l’effet est bien fâcheux. Je dépasse toujours allègrement de quelques kilos mon poids normal et mes vêtements ne rentraient plus !

 

J’étais sceptique face à cette nouvelle méthode. Je me disais que peu importe ce que cette méthode apportera, j’aurai toujours du mal à résister à la tentation de la nourriture.

 

Mais j’ai eu tort ! Non seulement la méthode est d’une simplicité enfantine mais je ne me suis jamais sentie me priver de ce que j’aimais manger ! Les résultats ont commencé à venir en seulement une semaine et mon poids reste stable depuis. »

 

Dans ce témoignage, c’est précis, spécifique et cela montre clairement l’expérience d’une personne qui a utilisé le produit. C’est nettement plus convaincant.

 

  • Montrez ou expliquez comment le produit fonctionne :« Vous prenez du poids parce que vous ne brûlez pas suffisamment de calories par rapport à la quantité de ce que vous mangez. L’efficacité de cette méthode réside dans le programme qui définit des activités physiques précises simples, amusantes et qui ne vous demandent quasiment aucun effort – et d’un autre côté vous informe constamment sur l’effet de ce que vous mangez. »

 

Sans nécessairement devoir tout dévoiler, donnez des idées au prospect sur « comment le produit marche ».

 

Proposez des garanties

 

Offrez un essai gratuit, proposez d’être remboursé en cas de non satisfaction, … Les offres de garantie marchent bien, à condition que vous êtes bien crédible aux yeux du prospect.

 

Gagnez du temps !
Epargnez-vous des efforts !
Tout ce dont votre Business Internet a besoin réuni en un seul endroit !

Aimez et partagez cet article :

L’Accroche : Attirer l’attention du prospect et la conserver

Quand le prospect arrive sur votre page web de vente, vous n’avez que quelques secondes pour capter son attention. Sinon il va passer à autre chose.

Vous disposez de l’accroche pour faire cela. L’accroche doit être parfaitement visible, se distinguer énormément du reste du texte et bien sûr, être placé au début de la page.

Mais le plus important c’est de savoir écrire une accroche qui fait bien son travail, et cela ne s’improvise pas.

Et encore, même si votre accroche a retenu le prospect, le reste du texte doit faire de même. Vos premiers paragraphes doivent maintenir l’attention du lecteur, aiguiser son intérêt, et l’inciter à toujours continuer à lire.

 

Comment écrire votre accroche ?

Pour les copywriters débutants, il est toujours plus simple et plus facile de partir d’une formule. Voici par exemple quelques formules pour générer des accroches rapidement :

  • « Comment … »

On est toujours intéressé à apprendre quelque chose. Et bien sûr, l’accroche avec un « comment » promet que le lecteur va apprendre quelque chose qui l’intéresse.

Par exemple :

« Comment multiplier vos revenus par 5 en réduisant de moitié votre temps de travail »

« Comment manger tout ce que vous voulez sans prendre un seul kilo ! »

  • L’Enumération

La force des accroches de ce genre est que le nombre renforce la crédibilité de l’offre.

« Les 5 erreurs les plus courantes que font les personnes qui veulent perdre du poids »

« 5 étapes pour assurer votre retraite »

  • Le « secret »

Un secret attise toujours la curiosité. On veut découvrir ce qui est caché, ce qui n’est connu que par un cercle restreint de personnes.

« Le secret de ceux qui prennent leur retraite à 40 ans »

« Le secret jalousement gardé des chinois pendant plusieurs siècles pour un corps jeune et vigoureux même après 70 ans ! »

  • Gratuit

Comment peut-on utiliser le mot « gratuit » quand on vend quelque chose, me direz-vous ? En fait, vous pouvez proposer un essai gratuit, une documentation gratuite, un échantillon gratuit, … Tout cela pour inciter à acheter le vrai produit ou le vrai service.

Dans la même optique, on peut aussi utiliser le mot « économisez » (ou tout ce qui suggère de l’économie) qui a aussi un bon effet.

« Gratuit : Un livre vous dévoile tout sur une santé parfaite sans médicaments ! »

« Economisez 30% sur votre facture d’électricité avec ce nouveau modèle de chauffage »

« Faites plus de kilomètres avec le même plein d’essence »

  • La controverse

« Maigrissez en mangeant tout ce que vous voulez », « Prendre sa retraite à 30 ans », … Utiliser la controverse incite toujours l’attention. Le lecteur sera curieux de savoir si vous pouvez tenir la promesse, et donc il sera incité à lire.

  • Simplicité et rapidité

Promettez un résultat rapide et une solution simple à un problème bien connu du prospect attise énormément aussi sa curiosité. Tout le monde cherche à obtenir ce qu’il veut rapidement, et bien sûr, sans avoir à faire des efforts. Et plus vous êtes précis dans vos affirmations, mieux c’est.

« Comment séduire une femme en 5 minutes chrono, même si vous venez juste de la rencontrer »

« Un moyen simple pour toujours garder votre intérieur propre, qui ne vous demande que 5 minutes par jour ! »

« Comment j’ai appris la comptabilité en 2 semaines sans avoir suivi des cours »

Voilà pour aujourd’hui, rendez-vous à la prochaine !

 

Gagnez du temps !
Epargnez-vous des efforts !
Tout ce dont votre Business Internet a besoin réuni en un seul endroit !

Aimez et partagez cet article :

Comment s’adresser au prospect

On ne s’adresse pas à un prospect – un client potentiel à qui on veut vendre quelque chose – comme à tout le monde. Bien sûr, les formules de politesse sont toujours d’usage, mais vous devez toujours garder à l’esprit quelques points essentiels :

 

  1. Un prospect est quelqu’un qui a montré de l’intérêt pour votre produit ou pour votre domaine :

    Il peut avoir cliqué sur un lien dans un e-mail ou sur votre site web, ou il a demandé à recevoir des informations concernant le produit ou le domaine dans lequel vous œuvrez.

    Donc ce qui l’intéresse n’est pas la même chose qui intéresse vos amis, votre femme (ou votre mari), vos parents, etc. Vous ne devez pas l’ennuyer avec ce qui ne concerne pas sa raison d’être en contact avec vous.

    Le prospect à priori n’est pas patient. Vous n’avez que très peu de temps pour le faire décider à l’achat. Si vous avez beaucoup de choses à lui raconter, vous avez intérêt à ce que ce soit des choses qui aiguisent toujours sa curiosité, ou faire monter son intérêt.

  2. Vous devez vous adresser à un « profil type » :

    A chaque produit ou service que vous vendez est associé à un « profil type » de client. Par exemple, disons que vous vendez un régime pour maigrir. Votre « profil type » est donc une personne évidemment en surpoids (voire même obèse), une personne qui mange trop, une personne qui fait peu ou pas d’exercices physiques, une personne qui ne se déplace pas souvent (reste la majorité du temps à la maison ou dans son bureau), voire même une personne qui a des troubles de santé comme l’hypertension ou le diabète.

    Donc le meilleur texte pour vendre à cette personne doit être rédigé par un copywriter qui connaît le « profil type » et est parfaitement conscient des problèmes du prospect.

    En lisant le texte, le prospect doit pouvoir se dire « ce gars-là connaît vraiment mon problème ». Cela doit paraître dans le texte.

    L’erreur que font beaucoup de personnes dans leurs textes de vente c’est de vouloir s’adresser à un maximum de personnes, vouloir élargir le public cible. Bien sûr, le texte qui est écrit dans ce sens finit par ne plus cibler personne. Le contenu s’éparpille.

    Ne vous adressez qu’à votre « profil type », oubliez les autres.

  3. Votre texte doit le mettre en confiance :

Nous verrons les différentes techniques pour cela dans les prochains cours, mais c’est un point essentiel auquel vous devez toujours penser.

Dans la vente en « face-à-face » (le prospect se trouve devant vous), il est plus simple pour le prospect d’accorder sa confiance. En fait, il a vu votre visage, connaît l’emplacement de votre boutique. Le contact direct favorise la conclusion de la vente.

Par contre, en ce qui concerne le copywriting, c’est toujours de la vente à distance par l’intermédiaire d’un texte. Il est certainement plus compliqué pour le prospect de vous accorder sa confiance, à moins qu’il vous connaît déjà très bien ou qu’il vous a déjà rencontré.

C’est pourquoi votre texte doit aussi s’adresser à sa méfiance, lui fournir les arguments qui lui prouvent que vous n’essayez pas de lui soutirer de l’argent de façon malhonnête.

Voilà pour aujourd’hui, à bientôt !

Aimez et partagez cet article :

Les différences fondamentales entre un texte qui vend et un texte qui ne vend pas

Dans ce cours sur le copywriting, nous allons voir quelques points essentiels entre un texte de vente qui peut vraiment vendre (écrit par un copywriter) et un texte de vente rédigé simplement par une personne lambda.

 

  • Un texte qui vend vraiment comporte une accroche

 

Un copywriter sait qu’il faut tout d’abord attirer l’attention du client potentiel par ce qu’on appelle une « accroche » (ou le titre du texte si vous préférez). Pour une personne qui pourrait être intéressée par ce qu’on a à proposer, cette accroche l’attire et l’incite à lire.

 

Un texte écrit par une  personne lambda n’a généralement pas de titre. De ce fait le texte entier n’attire pas l’attention, même d’une personne qui est intéressée par la proposition.

  • Un texte qui vend vraiment propose une offre claire

 

Prenons par exemple une annonce rédigée par une personne lambda : généralement l’annonce est rédigée de façon à être la plus courte possible, et elle comporte des abréviations (exemple : TBE pour Très Bon Etat).

 

Si l’objectif est de vendre, il est quand même assez étonnant de constater que la proposition risque de ne pas être suffisamment claire pour inciter le prospect à agir.

 

Un copywriter sait cela, c’est pourquoi un bon texte de vente doit être aussi clair que possible. Il y a un dicton dans le copywriting qui dit que « tout ce qui pourrait être compris de travers le sera ».

  • Un texte qui vend vraiment pousse à une action immédiate

 

Dans la vente, « plus tard » veut dire « jamais ». Même si le prospect est intéressé par votre offre, votre produit ou votre service, s’il repousse la décision à plus tard, vous risquez bien de le perdre à jamais.

 

Il pourrait oublier, trouver une meilleure offre, ne plus avoir besoin de ce que vous proposez, … Si vous ne le poussez pas à agir immédiatement, vos chances de lui vendre seront réduites à néant.

 

Un texte de vente écrit par une personne lambda ne comporte généralement pas d’incitation à une action immédiate (voire même ne comporte pas d’incitation du tout).

 

Parmi les choses les plus importantes à connaître dans le copywriting sont les techniques pour pousser le prospect à ne pas repousser sa décision à plus tard.

 

Voilà, nous avons vu quelques points (qui ne sont pas les seuls, évidemment) qu’on doit respecter pour avoir un texte de vente efficace. Nous allons voir beaucoup plus dans les prochains articles.

A bientôt !

Aimez et partagez cet article :